• 115 °

     

     C'est passé je sais mais j'avais envie de le faire

     

    neutre – frontière – identité – reconnaître – quelconque – anonyme – personne – moi – unité – seul – ensemble

     

     Comment diable ferait-il pour la reconnaître ?

    Cette pale photo reflétait  elle réellement son identité. Pauline semblait quelconque, une blonde, des yeux gris, cette grande franche lui mangeant le front

    Tandis qu’il s’imprégnait de cette image, pas une récente photo de surcroit, chiffonnée à force d’être  trimballée de treillis en treillis,  Vadim  scrutait la foule cherchant parmi elle un visage ressemblant.

    Il évitait de trop dévisager les femmes, le hall de gare bondé à cet heure, l’exercice ne s’avérait pas facile Pressés certains le bousculèrent sans même s’arrêter, ni s'excuser.

    Vadim maugréa en son for intérieur, agacé, de plus le temps n’arrangeait rien à l’affaire.  Pour se préserver du froid et de cette pluie glaciale,  toutes les personnes s’étaient emmitouflées chaudement, rendant chaque visage encore plus anonyme. Vadim lui-même frissonna malgré ses gants de cuir et son manteau en pure laine Hugo Boss, maudissant Phil. Il consulta sa montre, consulta le panneau d’affichage, oui le train était en gare depuis  cinq bonnes minutes et pas de trace de Pauline.

    A cette heure l’infirmière devait se trouver au chevet de Phil comme tous les matins, puis viendrait le  kiné. Vadim secoua la tête comment pouvait il le maudire de lui avoir confié une telle mission ?

     Adolescent sportif de haut niveau, infatigable, ses amis s’épuisaient à le suivre. Adulé par les filles, porté aux nues par les parents.

    A la fin de brillantes études de droit, Phil s’engagea dans l’armée ignorant les ponts d’or  pour des postes plus lucratifs.

    Jamais neutre, engagé dans de nombreux conflits. Il entrainait son unité  aux delà des frontières d’état les plus inimaginables.

     Lieutenant infatigable, charismatique et équitable, son équipe se constituait  de jeunes gens solidaires, toujours optimismes même dans les situations les plus critiques, ce que beaucoup lui enviaient.

     Mais pour l’heure, mortifié au fond de son lit, dépendant d’autrui comme jamais suites à de graves blessures qui laisseraient des séquelles indélébiles, Phil attendait Pauline.

    - Et moi je ne suis qu'un sale petit égoiste ronchonnant car debout dans le froid. T'es debout  toi crétin ! se morigéna Vadim in petto

     

     

     

    « 116°Homogénies ou Hégémonies »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :