•  

    Ghislaine atelier 44

     

    Mots EUR

     

    Ou

     

    Capricieux, compréhensif, penseur, convenir, captiver, persuader, convoi, corbeille, paroles, jamais

     

    Atelier 44 chez Ghis

     

    Pour aujourdhui mon choix avec les mots en EUR 

     

    La mariée avance  au bras de son père radieux, au son de la marche nuptiale, la plus traditionnelle des entrées. Son fiancé découvre ainsi sa princesse dans sa somptueuse robe soyeuse.La coutume le voulait ainsi, le cas contraire portait malheur au futur couple

    La trisaïeule pleure dans un mouchoir de dentelles toute émue. Les demoiselles d’honneurs suivent  dans leurs robes vaporeuses jaune pale. Isabelle s’avance avec élégance, accrochée au bras de Vadim dans cette périlleuse épreuve, éviter de glisser sur le gazon trempé de rosé du haut des ses magnifiques Louboutins assortis

    Après moultes disputes et des regards de tueurs, les deux cousines étaient parvenues enfin à un accord sur la tenue des témoins et demoiselles d’honneurs. Elles s’étaient embrassées, embarrassées de s’être autant emportées pour une robe.

    Grace à Diane le résultat était époustouflant et tous les regards et les murmures admiratifs le confirmaient, le petit groupe était vraiment superbe, d’une sobre élégance.

    Ludivine s’était laissé convaincre d’opter pour un jaune plus pale et un modèle plus moderne que sa froufroutante folie. Les robes bustier en taffetas et mousseline mettent bien en valeur la beauté des jeunes femmes. Leur cavalier costumes gris anthracite, chemise blanche et petite pochette jaune pale, rappel de la robe de leurs compagnes

    Mais la mariée reste inconstablemment la plus belle de la fête. Isabelle rêveuse la voit sourire de bonheur. Elle regrette de lui avoir jeté à la figure autant d’horreurs. La robe est divine et lui va comme un gant, on pourrait presque croire quelle a été cousue sur elle. Elle met en valeur ses formes parfaites, Une robe Berta Bridal que Ludivine porte avec audace, de la dentelle, des perles et surtout un dos nu vertigineux. Une véritable splendeur, une robe unique pour une journée qui restera inoubliable

    Les gamins derrière les grilles de la propriété jouent les voyeurs, les petites filles s’extasent devant tant de féerie, rêvant à leurs princes charmants

    Le témoin de Ludivine, une svelte eurasienne aux yeux de braises, récupére son bouquet, la cérémonie va pouvoir commencer, le prêtre toussote pour attirer l’attention, tout le monde se trouve à sa place. Les demoiselles et garçons d’honneur se font face, entre eux le futur couple. Dans la tiédeur matinale l’air se met à vibrer comme à l’unisson de ce moment magique.

      

     ©MBCRéas

     

    Atelier 44 chez Ghis

     

    Rêvons un peu

     

     

     

     Bertal Bridal Collection

    Images du net


    5 commentaires
  •  

    Atelier de Zaza

     

    Oups je viens de me rendre compte que j'ai raté la  consigne

    mes mots choisis sont en Ch et non en CHE

    bon tant pis je vous mets le texte

     

    Atelier 7 : Mots commençant par "che"

     

    La petite semaine à la nouvelle Orléans fut vraiment fantastique Bien qu’ils eussent réservé des chambres dans un merveilleux hôtel du quartier Français, prétextant pouvoir ainsi profiter de toutes les attractions en nuitées, étant ainsi sur place, ils leurs avaient fallu céder à Rose et la rejoindre dans sa splendide demeure

    Elle avait su déployer tous ses artifices pour les convaincre.

    Impensable d’avoir pu songer une seconde que Rose ne les accueillent pas en grande pompe dans sa fastueuse demeure

    Elle en était toute chagrinée et chamboulée .Invités en ignoraient ils la définition ?

    Jouant avec brio de ses talents, elle parvint à toucher leur fibre sensible, et c’est la larme à l œil, alors qu’elle jetait un regard charbonneux vers Isabelle pour son manque de soutien, quelle joua sa grande scène de malheureuse,

    En fait, elle les voulait sous sa coupe, cherchant à favoriser des relations entre ses deux chouchous Et surtout elle souhaitait tout savoir.

    Rose se targuait d’organiser les plus somptueuses journées champêtres et force de reconnaitre son don pour l’événementiel !

    Malgré une chaleur étouffante, lourde d humidité, sa journée fut couronnée de franc succès. Les plus grandes et anciennes familles de la communauté sudiste se pressaient toujours à sa porte et bien que Rose ne possède aucune lettre de noblesse, aucun célèbre ancêtre, les Filles de la révolution Américaine l’avaient adoptée

    Tout commençait par un défilé très représentatif du Sud, robes longues et crinolines, grands chapeaux de pailles

    "Les belles " comme elles se surnommaient ne ménageaient pas leur efforts pour transmettre et cultiver l’héritage sudiste à travers de nombreuses représentations.

    De chevaleresques et beaux gentlemen choisis parmi l’élite de la communauté les accompagnaient dans cette extravagante cérémonie.

    C’est ce que chuchota Max à Vadim, tandis que les jeunes femmes, éternelles enfants se plongeaient dans un passé démodé et révolu, quelque peu suranné.

    Rose excitée comme une puce, chipotant les chips contemplait son œuvre. Elle avait quant à elle, revêtue une splendide robe de taffetas moirée  Lucille et Rose s’étaient laissées convaincre de porter de mousseuses robes de mousselines, assorties de gants blancs (quelles avaient grand hâte de retirer, ainsi que les chaussures à talons haut, Lucille n’appréciait que modérément, d’un style plutôt sportif au quotidien)

    Max et Vadim ne s’étaient point laissé prendre et refusé le costume, malgré les supplications de Rose, ils ne tenaient pas à le payer chèrement, la journée serait longue Seul Thomas portait l’habit, avec classe devaient ils reconnaître. Eux avaient optés pour jeans clairs et chemisette blanche, tenues assorties, seule concession faite à la maitresse de maison.

     

    ©MBCRéas

      

     

    Atelier 7 : Mots commençant par "che"

     

     

     

     


    4 commentaires
  •  

    La bicyclette pour Zaza

     

    Aussi loin que je me souvienne la seule bicyclette que j’ai eue était mauve, et c’était ce qu’on appelait à l’époque un mini vélo.

    J’étais déjà bien grandette, plus de 9 ans en 1970 (pas l’âge idéal pour commencer le vélo mais ma vie d’enfant n’était pas commune).

    Je ne me souviens pas d’un autre, avec ces petite roues etc… ni de l’apprentissage et de toutes les étapes.

    Non je ne me rappelle que de ce mini vélo qui faisait bien des envieuses, déjà chez ma sœur restée vivre chez ma grand-mère (oui je vous l’ai dit ma vie d’enfant fut compliquée) et je la narguais souvent avec l’espoir peut être quelle viendrait nous rejoindre en voyant comment papa me gâtait.

    Je revois mon père le plier et le mettre dans le coffre de notre minuscule Simca 1000 lorsque nous partions en promenade, quoique je puisse faire du vélo en toute tranquillité dans la résidence des Douanes où nous demeurions alors.

    De plus le village était assez tranquille et mis à part pendant les grandes vacances, la rue principale restait assez déserte et ne devenait que très embouteillée l’été. C’était la seule route menant à la frontière et l’arrêt obligatoire au poste des Douanes où mon père officiait.

    J’ai oublié ce qu’il est devenu ce mini vélo quand nous avons déménagé pour ici, une ville plus grande et effrayante, mais je devine que je n’ai pas du beaucoup en faire car je suis une catastrophe ambulante à vélo. J’’ai peur et la dernière fois que je suis monté à bicyclette c’était il a bien 15 ans, je vous passerais les chutes, les bleus et les moqueries de mes enfants (ah ces gosses plus de respect pour leurs ainés !).

    Pour me souvenir je ne peux me fier aux photos jaunies, les miennes sont toutes éparpillées au vent de nos voyages, et de toute façon l’ère du numérique encore bien loin, les photos que nous faisions rares évidemment.

    Etais ce un cadeau de Noël ? Je pencherais plutôt pour mon anniversaire mais ma mémoire est incertaine, bouh dur de vieillir !

    Par contre je me souviens bien mieux de l’apprentissage de la bicyclette à mes enfants et mon fils qui hurlait ne supportant pas que je l’aide, tant est si bien que j’ai renoncé, il a donc appris tout seul avec succès et très rapidement.

    Des grands moments de joies, il a été brillant sur une selle, participé à des compétitions de VTT avec son MBK et remporté de nombreux prix, comme quoi !

    La passion du vélo s’est pour lui envolé, remplacé par celle pour la plongée sous-marine en apnée .Aujourd’hui en fond d’écran c’est une vue de ma petite fille sur son vélo, vert avec les poignées bleues que je peux regarder à ma guise, elle regarde la route avec attention.

    J’adore cette photo et je me souviens bien de ce jour là.

    Et elle se rappellera t elle, de sa première bicyclette et de ces petits moments avec papy, mamy dans quelques années?

     

    ©MBCRéas

     

    Image du net

     

    Atelier 5 Souvenirs


    10 commentaires
  • Ghislaine

     

    Lune, laine, longue, ludique, larme, luxure, lambiner, libérer, luire, longer.

     

    Thème humour (facultatif)

     

     

     

    Mesdames, messieurs, chers internautes je viens vers vous car Miss Ghislaine nous a chargés de ce défi dans ce nouvel atelier 42 :

     

    A savoir faire un texte avec la liste précitée sur le thème de humour, et bien je vous le dit tout de go ce n’est pas gagné

    C’est que je dois l’avouer, je suis loin d’être la rigolote de service !

    Moi je sais juste rire des blagues des autres, si ,si je vous assure, c’est tout dont je suis capable car la même blague racontée par moi fait un flop retentissant, mais bon je ne me suis fait une raison, faire rire c’est un art. Ce talent que je reconnais chez les autres et que j’envie parfois (ben oui) je ne l’ai pas et bon je passe donc souvent mon tour .

    Donc je disais que je ne sais même pas faire rire en racontant une blague alors pensez … l’écrire ?

    Et avec cette liste ?

    Et bien mettez vos manteaux de laine parce que le temps que tout se termine vous serez transformés en glaçon sous la lune

    Il ne s agirait pas de lambiner si je dois pondre un texte pour jeudi c'est bien ca Ghis jeudi dernier carat ?

    Bon l'avantage c’est que Dieu merci la consigne est facultative

    Ah ah quelle générosité chez Ghis!!

    Je pressens donc que vous êtes loin de rire aux larmes.

    J’ai beau libérer mon imagination, lâcher la bride à mes fantasques vagabondages littéraires. Rien.

    J’ai beau chercher dans ma petite cervelle, ne vois rien luire l’horizon pff quoi luire? Non je ne vois point poindre une idée lumineuse qui vous fera tordre de rire, (allez ne rêve pas ma vieille si tu arrives à les faire sourire).

    Donc ben oui 1000 excuses de ne pouvoir relever ce défi c’est que moi je suis plutôt romance (vous avez pu le constater en venant me rendre visite dans mon humble demeure)  et de la soft (guimauve même diraient certains) qui plus je ne vagabonde pas non plus le genre luxure ni mummy porn quoique c est à la mode je devrais m’y essayer peut être y serais plus douée que le comique.

    Ben (soupirs) non je ne suis pas le genre one man show du rire je vous l’ai bien fait comprendre des les premières lignes alors passons donc à des thèmes que je maitrise mieux (enfin je crois !waouh ma modestie m’étouffe là, miss miss reprend toi)

     

    Il était une fois …

     

    Une jeune femme vêtue d’un grand manteau de serge grise avançant d’un pas décidé et précautionneux le long du chemin de halage.

    Des gouttes de pluie commencèrent à tomber, de plus en plus drues et froides, ruisselant sur son visage et se mêlant aux larmes qu’elle ne maîtrisait plus

    Quelques heures plus tôt elle avait découvert sa meilleure amie se vautrant dans la luxure pour un jeu ludique avec Roberto son amoureux.

    Blessée par cette duperie elle avait libéré sa colère les injuriant copieusement la pleine lune éclairant la scène d’un éclat irréel avant quelle ne disparaisse sous d’énormes nuages noirs comme se mettant au diapason de l’humeur de la jeune femme.

    Tournant les talons elle s'enfuit décidant de rejoindre sa maisonnette en évitant de rencontrer quiconque, elle fit donc

    Un grand détour s’imposant ainsi une longue route

    Il ne lui fallait pas lambiner, l’orage menaçait déjà et malgré tout elle venait de se faire surprendre

    Fatiguée elle désespérait quand il vit enfin luire les premières lumières du hameau.

    Elle était partagée entre le désir de se cacher sous couette, ou d’élaborer un plan de vengeance diabolique.

     

    ©MBCRéas 

     

    Atelier 43

     


    9 commentaires
  •  

    Par chance la solitude elle ne connaît pas ne la craint pas, et y aspire et tout son être la réclame parfois

    Un besoin viscéral d’aménager dans son emploi du temps ,des plages de solitude et de silence.

    Tous les jours de nouvelles rencontres, tout les jours, discuter, argumenter, s’apitoyer, ... Elle na pas toujours le cœur à l'empathie et pourtant il le faut bien, c’est son métier, elle l’aime, aujourd’hui elle sait qu'elle était faite pour lui. Elle sait qu'elle l' exerce à la perfection, son professionnalisme est reconnu et apprécié par tous.

    Mais le bruit, les rires, les pleurs, tous ces visages, un kaléidoscope

    d' émotions, certains jours c est épuisant.

    Elle rêve d' une ile déserte, d’un livre et rien autre, loin de la foule, des proches qui vous sollicitent sans cesse pour tout pour rien, loin de cette foule colorée, de ses 1000 voix qui vous donnent la migraine.

    Elle  n’a pas honte bien quelle soit plus que consciente que beaucoup de personne soient isolées, abandonnées … Oui elle le constate tous les jours malheureusement

    Ces gens seuls le soir devant leur téléviseur toujours allumé pour faire une présence, ceux qui parlent au chat, ceux qui cherchent à faire des rencontres sur le net, pour discuter ou pour rencontrent une âme sœur.

    Ceux qui mangent seuls au restaurant, s’installent à distance des couples et des familles avec enfants au ciné, comme s’ils étaient atteints d’une maladie honteuse : non ils sont seuls simplement.

    Le monde n’aime pas le vide se dit il, aussi inconsciemment beaucoup cherchent donc à le combler, inconsciemment ou pas.

    Peut être elle même un jour regrettera t elle de point apprécier a sa juste valeur l’instant présent dans toute sa pleine dimension, souhaitera et priera de toute son âme pour quelques minutes d attention Pleurera dans le noir seule le soir, connaitra les affres de la solitude et ce mot prendra alors un autre sens.

     

    ©MBCRéas

     

    Solitude : définitions larousse

     

    • État de quelqu'un qui est seul momentanément ou habituellement : Profiter d'un instant de solitude pour réfléchir. Aimer la solitude.
    • État de quelqu'un qui est psychologiquement seul : Solitude morale.
    • Caractère d'un lieu où l'on se sent seul, isolé : La solitude des forêts.
    • Littéraire. Lieu solitaire : Habiter dans une solitude champêtre.

     Quelques  citations :

    "On est plus heureux dans la solitude que dans le monde. Cela ne viendrait-il pas de ce que, dans la solitude, on pense aux choses et que dans le monde on est forcé de penser aux hommes."
    Maximes et pensées : Nicolas de Chamfort

    ♠♠♠♠♠

    "Dans le tumulte des hommes et des événements, la solitude était ma tentation. Maintenant, elle est mon amie. De quelle autre se contenter quand on a rencontré l'Histoire ?"
    Mémoires de guerre, le Salut   C. De Gaulle

    ♣♣♣♣♣

    Atelier 41 : Solitude

      

      

     

    Atelier 41 : Solitude

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique