•   

    Pour Violette

      

    J'aime mieux un âne qui me porte qu'un cheval qui me jette à terre(Un moyen de transport lent est plus sûr qu'un autre rapide et dangereux)

    Jamais deux sans trois


    Je donne une datte aux pauvres pour en goûter la saveur(Celui qui donne accroît la valeur de ce don car acte moral)

     

     

    Métaphores en J

     

     

    Métaphores en J

     

    - Cette voiture elle est très belle en effet, tu sais que j’y connais rien et de toute façon du moment quelle est confortable pour le reste.

     

    Vadim fit la tête vexé, cette voiture un vrai bijou, bon il se comportait comme un petit garçon avec un nouveau jouet il le reconnait au fond de lui mais ne l’avouerait pour rien au monde

     

    Cette petite BMW cabriolet un petit bolide aux lignes épurées est superbe, toutes options

     

    - Bon allons y soupira Isabelle nous allons être en retard et je te le dis ne t’emballe pas, je sens que cette voiture est puissante mais j’aime mieux un âne qui me porte qu’ cheval qui me jette a terre

     

    Et surtout n’oublie pas Vadim que tes derniers excès de vitesse t’ont valu 2 contrôles routiers et j’ai comme un mauvais pressentiment ne dit on pas jamais deux sans trois

     

    - Isabelle arrête tu me gâche mon plaisir. Je veux bien donner une datte aux pauvre pour en découvrir la saveur mais là tu me donnes envie de te laisser aller toute seule à cette fête caritative pour les myopathes organisé par ta mère

     

    Isabelle venait de s’installer sur le siège passager, Vadim lui avait tenu la porte, il l’a claqua violemment et pris place derrière le volant, Isabelle le regardait éberluée

     

    Vadim fit marche arrière et s’engagea sur la rue, elle sentit sa crispation, il contractait sa mâchoire comme à chaque fois qu’il était énervé et regardait fixement devant lui

     

    Elle allait ouvrir la bouche lui répondre d’une manière cinglante, ce comportement était si gamin, elle s’en offusquait

     

    Mais au même instant Vadim lui prit la main quelle tenait posée sur ses genoux et la porta à ses lèvres

     

    - Je te prie de m’excuser c’est ridicule de se disputer pour une voiture, je reconnais que parfois je m’emballe comme un enfant devant un nouveau jouet

     

    Isabelle lui sourit en retour mais préféra ne pas répondre

     

     

    Métaphores en J

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    Saint Nicolas

     

     pas de métaphores  mais un petit thème

     de fête

    pour Violette

     

    Pain d’épices – martinet – sucreries – enfants sages – Lorraine – église – décembre
    Légende – protecteur des écoliers – saloir

     

     Un  petit texte car je manque de temps  mais je reviendrais l'éttoffer un peu ...

    plus tard

     

     

    Ce saint patron, de la Lorraine qui selon la légende ressuscita 3 enfants assassinés par un boucher et les mis au  saloir, se prépare pour la nuit du 5 au 6 décembre.

    Dans sa hotte pour les enfants sages, friandises, sucreries, gâteaux, pains d’épices….

    Protecteur des écoliers il les gâtera tandis que le père Fouettard les menacera de son martinet

    Mais pour l'église orthodoxe , ce gentil petit saint revêtra son beau costume d' Evêque , manteau rouge, mitre ,crosse et s'en ira sur les chemins le 19 Décembre

      

     

     

     


    3 commentaires
  •  

    Jeu des métaphores

    chez Violette

     

     

    Il tombe des hallebardes, bon après tout c’est de saison et il n’y à pas d’heures pour les braves

    Cette soirée ne sera pas annulée, planifiée organisée depuis longue date il faut quelle le soit, une grande fête un grand moment

    Ce sera une belle nuit d’ivresse, bien qu’il ne soit pas obligé d’être fin saoul. Ce n’est pas dans ce sens là qu’elle se définit d’ailleurs Vadim le sait bien, pourtant il craint qu’il y ait péril en la demeure. Il connaît ses amis, cette bande de gais lurons que rien n’arrête, ne connaissant  aucune limite

    Bon de toute façon les dés sont jetés désormais, et quand le vin est tiré il faut le boire

    Advienne que pourra.

    Il se prépare donc pour sa soirée, Isabelle ne viendra pas il en est un peu contrarié, elle préfère la passer chez sa meilleur amie, pressentant surement des situations scabreuses

    Ivresse

     


    1 commentaire
  •  

    Incroyable, se ranger ainsi à l’opinion de générale et se mettre ainsi à hurler avec les loups

    Isabelle n’en croyait pas ses oreilles

    De tels comportements chez ses amis Laure et Robert la laissait coite, abasourdie et furieuse toute à la fois

    Heureux celui qui ne peut pas changer certes, mais pour Isabelle c’était au dessus de ses possibilités.

    Jamais résignée.

    Elle se lançait  jusqu’au bout se donnant tous les moyens possibles, parfois prier pour des jours meilleurs, hors de l’église point de salut se disait il 

    Elle n’acceptait pas  des comportements fatalistes, elle s’enorgueillait  de suivre les enseignements de ses parents, défendre et se battre pour de justes causes

    Métaphore H


    3 commentaires
  •  

     Depuis une heure Laurence ne cessait de gueuler  comme un putois.

    Elle était si furieuse qu’elle ne se contrôlait plus. Isabelle la regardait sidérée

    Jamais elle n’avait vu sa sœur dans une telle colère. Soit, Nicolas dépassait parfois la mesure. Soit, il fallait bien de nos jours garder les ouverts, les ados s’avéraient être parfois si irresponsables.

    Tout de même toute cette scène lui paraissait un peu excessive et si pour de simples broutilles Laurence ne parvenait pas à garder son sang froid !

    Nicolas l’excédait au-delà du raisonnable ces derniers temps Laurence se lançait dans des débats et des discours grandiloquents  qui laissait froid le jeune garçon

    Isabelle pensait  bien que ce n’était point la bonne méthode, plus jeune que sa sœur (pour cette raison peut être) elle pronait d’autres relations  parents –enfants basés sur la confiance.

    Enfin facile à dire quand soi même sans enfant à éduquer hurlait Laurence

    Ce combat au corps à corps s’avérait perdu d’avance, personne  ne voulait céder d’un pouce

    Ni les punitions, ni les menaces  n’avaient d effets sur Nicolas, bien au contraire

    .Elle soupira, se demandant comment elle pourrait faire passer le message à sa sœur

     

     Grandiloquence


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique