• Nycthémère.

     

     Atelier de Christine

     

    Nycthémère.


     

     

    Nycthémère.

      

    5 h du matin, les premières lueurs de l’aube commençent  à poindre .Isabelle sur le pied de guerre, décollage à 8h direction La Louisiane. Isabelle s’angoissait toujours depuis l’enfance dès les préparatifs d’ un départ en vacances, quelle que soit la destination et le moyen de transport. Et bien encore davantage en songeant aux formalités : enregistrement, embarquement, durée de vol..

    Aujourdhui 10 h entre Paris et La Nouvelle Orléans, un parcours du combattant qui lui noue le ventre et encore pas de correspondance pour eux mais un vol direct

    Aussi mène t elle cette opération tambour battant, Vadim la regarde amusé et détendu ,tandis qu 'elle stresse davantage de minutes en minutes

    Arrivés à l aéroport, surprise le vol est retardé, très retardé même, départ à 12h.Isabelle est désespérée.

    Elle sait quelle paiera chèrement cette longue journée. Il sera 14 h à leur arrivée, juste le début de l’après midi.

    Enfin elle peut s’installer confortablement dans son fauteuil après avoir rangé son trench coat dans les casiers de la cabine ainsi que son sac à main.

    Par bonheur ils voyagent en première classe et apprécie à sa juste valeur ce privilège Elle sait ce que c’est  de voir la traversée rythmé par les allées venues de ses voisins , avec les pardons et les merci chaque fois que l’ on se trouve contraint de se lever ou de faire lever , sourires figés au bout de la 1000 eme fois, ou de tomber sur un voisin éméché qui abuse d’une boisson alcoolisée ( du crément se souvient elle en songeant à son dernier compagnon de voyage) afin de se déstresser

    Isabelle n’arrive pas à dormir en avion, même pas somnoler. Aussi envie t-elle ceux qui le peuvent Elle s’était essayée à prendre un somnifère mais sa récente expérience s’était avéré catastrophique, se trouvant en proie à des cauchemars elle ne retenterait plus jamais .Des amis lui avaient suggéré de prendre plutôt un anxiolytique et de boire de la menthe à l’eau qui aurait parait il des effets apaisants Un mythe surement.

    L’ hôtesse qui les accueille est une superbe jeune femme, grande, élancée, aux cheveux d' un noir d'encre ,relevés en chignon bien serré , une mèche rebelle s’ en est échappé, de yeux émeraudes, un   teint de pêche ( comment font elle après toutes ses heures de vols pour ne pas avoir une cerne ? se dit Isabelle in petto)

    Son uniforme , classe et sobriété , lui va comme un gant : jupe droite bleue marine arrivant au genou , des souliers plats, un foulard avec le logo de la compagnie noué autour du cou , une veste cintrée qui met sa taille en valeur.

    Elle a lu dernièrement que les grands noms de la mode Dior, Balenciaga, Patou ou Nina Ricci ont associé leur griffe prestigieuse à l’uniforme de la compagnie et depuis plus de 5 ans c’est Christian Lacroix qui habille 36 000 personnes travaillant pour Air France

    A coté d’ elle Vadim confortablement détendu sort son Ipad et met ses écouteurs, il va surement se passer en boucle Edith Piaf avec sa préférée Hymne à l’amour .Pendant ce temps , comme toujours l’ hôtesse   fait sa petite démonstration pour le rappel des consignes et encore fois Isabelle peut constater que très peu de personnes écoutent.

    Un steward prénommé Henry comme l'indique son badge, vérifie qu’ aucun bagage ne traine dans les allées, et que tous les passagers attachent convenablement leur ceinture,.

    Isabelle ne se détend que lorsque l' avion prend son rythme de croisière.

    Les stewards distribuent enfin la collation, isabelle est affamée, pour terminer son repas elle commande un café crème, Vadim un whisky.

    Enfin 14 h plus tard leurs bagages récupérés, ils franchissaient les portes de l’ aéroport Louis Armstrong   par bonheur Rose leur a envoyé son chauffeur.

    La journée n’est pas encore terminée. Isabelle aspire à une douche, et une petite sieste. Pour l’instant elle somnole sa tête posée sur l’épaule de Vadim, il lui sourit tandis quelle soupire il sait qu’en fin de soirée elle sera boudeuse, voire irritable. En espérant se coucher vers 22 h au moins, ils auront fait le tour du cadran,  24 h se seront écoulées entre le moment de leur lever et celui du coucher, presque un cycle nycthémère.

     

    ©MBCRéas

      

     

     

    Nycthémère.

    « THE CRACKING CHRISPMOUSE BLOGGYWOG AWARDMétaphores en P »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 16 Février 2014 à 12:21

    Hello Miss Tu m'étonnes que tu es "tardé" ..un si long et beau texte demande sans doute de la concentration. Moi je me régale de ces petites histoires. En plus tu as su placer le mot Le top quoi !

    éméché  je l'ai utilisé aussi et je comprends le point commun 

    Hymne à l'amour Edith Piaf: j'adore l'entendre chanter ça me donne la chair de poule.

    Encore une fois Bravo! et merci d'avoir participé

    Bises  et Bon Dimanche

    2
    Dimanche 16 Février 2014 à 18:41

    un joli texte et toute une aventure un voyage en avion pour certains

    3
    Dimanche 16 Février 2014 à 21:44
    colettedc

    Superbe participation Missnefer ! Bravo !


    Bonne toute fin de ce jour à toi,


    Bisous.

    4
    Dimanche 16 Février 2014 à 22:43

    Un voyage en avion aussi intéressant à faire que de lire ta participation à ce jeu d'écriture.

    Bises.

    5
    Mardi 18 Février 2014 à 20:52

    Joli le  texte! Bravo!

    Merci d'être passée!

    Amicalement

    Arlette

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :