•  

    Vadim Isabelle


    votre commentaire
  •  

    G O M E I N E H E S

     Hégémonies

    Homogénies

     

    oups oups lequel

    de toute façon  l'un et l'autre difficiles à placer

     

    Bon on y va avec les 2

     

    Homgénies ou Hégémonies

     

    «  Malgré tous nos efforts, menés tambour battant, rien n’y fait. Comment de nos jours cette hégémonie  peut elle perdurer. De telles pratiques singées depuis des siècles sont ignobles.C’est donc çà le monde ? Un ramassis de gnomes gominés ? Un homogénie fantasmagorique ? Un éonisme éhonté ?... »

    Ainsi s’enflammait Alphonse Dutourd

    Il tenait en haleine l’auditoire subjugué par son charisme et ce discours grandiloquent. Pour certains, c’était la énième fois qu’ils assistaient  à cette démonstration. Pour Vadim quant à lui, il se demandait encore comment Jacques  était parvenu à le convaincre  d’assister à cette  réunion.

    La campagne électorale battait son plein, et Alphonse Dutourd, l’un des candidats s’avérait en être,  un des favoris

    Pourtant Vadim ne semblait pas convaincu.

    L’entrée en matière avec cette rhétorique  ronflante, théâtrale, lui déplaisait

    Son regard se porta sur la salle alentour. Une jeune femme blonde soignée de sa personne écoutait bouche bée. A premier rang devant l’estrade des moines en tenues Tibétaines (il n’était point sur qu’ils en soient), côtoyaient des hommes en costume Armani, et des grandes jeunes femmes toutes en jambes et tenues sexy distribuaient des petites génoises fourrées, et  d’autres gourmandises.

    Le champagne coulait à flot. Toute l’assistance  arborait des mines réjouies

    Mais pour Vadim toute cette mise en scène lui faisait songer à un grand show à l’Américaine.

    Alphonse Dutourd  s’avérait être un locuteur de talent, après cette mise en bouche flamboyante, sa voix se fit douce et posée, juste un murmure, l’assemblée se fit silencieuse afin de mieux saisir ses paroles.

    Son portable se mit à vibrer, s’éloignant il le sortit de son veston et sourit en lisant le message d’Isabelle. Elle n’avait pas souhaité l’accompagner, cet Alphonse l’horripilait. L’ayant rencontré dans une petite soirée plus intime chez des amis communs, elle l’estimait imbu de sa personne et d’un égoïsme  invétéré. De ce fait pas du tout à l’image de ce qu’il prônait dans sa campagne.

    -Tu t’amuses ? disait le message. Car dans le  cas contraire, tu pourrais venir me rejoindre .Je suis au café de Flore

    - J’arrive lui répondit il

    Et tandis qu’il tournait les talons, la salle bruissait  des applaudissements

     

    Homgénies ou Hégémonies

     

    Homgénies ou Hégémonies

     


    2 commentaires
  •  

     C'est passé je sais mais j'avais envie de le faire

     

    neutre – frontière – identité – reconnaître – quelconque – anonyme – personne – moi – unité – seul – ensemble

     

     Comment diable ferait-il pour la reconnaître ?

    Cette pale photo reflétait  elle réellement son identité. Pauline semblait quelconque, une blonde, des yeux gris, cette grande franche lui mangeant le front

    Tandis qu’il s’imprégnait de cette image, pas une récente photo de surcroit, chiffonnée à force d’être  trimballée de treillis en treillis,  Vadim  scrutait la foule cherchant parmi elle un visage ressemblant.

    Il évitait de trop dévisager les femmes, le hall de gare bondé à cet heure, l’exercice ne s’avérait pas facile Pressés certains le bousculèrent sans même s’arrêter, ni s'excuser.

    Vadim maugréa en son for intérieur, agacé, de plus le temps n’arrangeait rien à l’affaire.  Pour se préserver du froid et de cette pluie glaciale,  toutes les personnes s’étaient emmitouflées chaudement, rendant chaque visage encore plus anonyme. Vadim lui-même frissonna malgré ses gants de cuir et son manteau en pure laine Hugo Boss, maudissant Phil. Il consulta sa montre, consulta le panneau d’affichage, oui le train était en gare depuis  cinq bonnes minutes et pas de trace de Pauline.

    A cette heure l’infirmière devait se trouver au chevet de Phil comme tous les matins, puis viendrait le  kiné. Vadim secoua la tête comment pouvait il le maudire de lui avoir confié une telle mission ?

     Adolescent sportif de haut niveau, infatigable, ses amis s’épuisaient à le suivre. Adulé par les filles, porté aux nues par les parents.

    A la fin de brillantes études de droit, Phil s’engagea dans l’armée ignorant les ponts d’or  pour des postes plus lucratifs.

    Jamais neutre, engagé dans de nombreux conflits. Il entrainait son unité  aux delà des frontières d’état les plus inimaginables.

     Lieutenant infatigable, charismatique et équitable, son équipe se constituait  de jeunes gens solidaires, toujours optimismes même dans les situations les plus critiques, ce que beaucoup lui enviaient.

     Mais pour l’heure, mortifié au fond de son lit, dépendant d’autrui comme jamais suites à de graves blessures qui laisseraient des séquelles indélébiles, Phil attendait Pauline.

    - Et moi je ne suis qu'un sale petit égoiste ronchonnant car debout dans le froid. T'es debout  toi crétin ! se morigéna Vadim in petto

     

     

     


    votre commentaire
  •  Des mots imposés

    en gras

     

    116°

     

     

    La chambre choisie par tante May s’avérait correspondre totalement aux goûts d’Isabelle

    Cosy, douillette à souhait. Un lit à baldaquin  faisait face à la porte, des oreillers moelleux, un duvet en plumes d’oie, de fins  voilages  le tout cordonné dans des nuances de mauves

    La chambre spacieuse  fleurait bons les meubles   cirés, et un doux parfum de fleurs émanait d’un immense bouquet de fleurs de lys artistiquement déposé sur un magnifique secrétaire à tiroirs ,surement issu d’un antiquaire.

    La coiffeuse en merisier comme les autres éléments  de la pièce faisait face  à la cheminée  qui semblait attendre de grandes flambées. 2 magnifiques et confortables fauteuils aux couleurs chatoyantes vous tendaient les bras, invite à la détente

    May lui avait raconté que jadis des personnes célèbres se réunissaient dans la maison pour le weekend

    Un des anciens propriétaires possédant un siège au Congrès  se targuait d’y réunir des personnages   clefs du gouvernement

      C’était un lieu d’échange international, réunions de vedette de cinéma, journalistes de renom, sénateurs, avocats…. Tout ce petit  monde  avide de pouvoir et de célébrité se devait   d’être vu ici. Certains secrets se disait il s’étaient révélés en confidence sur l’oreiller.

    De quoi faire trembler  certaines carrières, s’ils  avaient été  dévoilés.

    Secrets d’état, secrets d’alcôves, Isabelle sourit

    - Ah si les murs pouvaient parler  se dit elle en se dirigeant vers la porte fenêtre par laquelle on accédait sur un balcon

    La brise fraiche du soir fit voleter ses longs cheveux, elle s’accouda à la balustrade admirant la vue sur le Capitole

     

    116°

     

    116°

     


    1 commentaire
  •  

    Jeux des métaphores

     

    Jeux des métaphores

     

    Jeux des métaphores


    votre commentaire